Filtres

Le panier est vide

Les lampes à huile

Lampe à huile 6

Chers visiteurs, une petite explication sur les lampes à huile et quelques caractéristiques visibles de leur dispositif interne.
Comme vous l'avez peut-être remarqué, quand ces lampes sont électrifiées elle sont en règle générale, alimentées par le haut, et ce n'est pas le résultat d’une erreur du maître, mais, au contraire, un signe évident que la lampe par respect pour son âge a conservé tout son "monde intérieur complexe" original et en particulier son composant principal, le réservoir à huile.
Il est donc dans ce cas impossible d’électrifier cette lampe depuis sa base en traversant le réservoir qui contient encore des résidus gras. C’est pourquoi elles sont alimentées depuis le haut.
Les lampes à huile (appelées "lampe à huile à modérateur") ont été produites à partir de 1837, elles utilisaient de l'huile de colza. Une chose utile et totalement sûre, mais pour le nettoyage des lampes c’était très compliqué. Dès 1853, avec l’arrivée du pétrole, progressivement les lampes à huile furent remplacées par les lampes à pétrole.
Si les lampes à huile nécessitaient un piston pour soulever l'huile (d'où les deux vis de réglage situées en haut de la lampe, très caractéristiques des lampes à huile). Aucun piston n'était nécessaire dans les lampes à pétrole qui les remplaçaient. Ce nouveau combustible de consistance plus liquide montait par capillarité le long de la mèche textile. Ainsi, plus simple, la lampe à pétrole a remplacé progressivement la lampe à huile dans la seconde moitié du XIXe siècle. (C'est pourquoi les lampes à huile ne sortent pas des limites du style Napoléon III, tandis que les lampes au kérosène ont plus tard acquis des caractéristiques d'autres styles).
Il est toutefois extrêmement rare de trouver des lampes ayant encore un réservoir intact. La plupart du temps le réservoir n’est plus étanche et il n’est pas rare d’avoir affaire à des fuites désagréables.
Dans ce cas, il ne reste qu’une solution, mais c’est vraiment un travail de spécialiste qui consiste à ôter le réservoir. Dans ce cas toutes pièces sont démontées, nettoyées et redorées (si elles étaient dorées) et la lampe est remontée mais cette fois avec une alimentation depuis la base.
Cela est alors beaucoup plus rationnel et esthétique.
Pour terminer, la lampe peut recevoir sa verrerie d’origine, si elle existe toujours, ou un abat-jour plus contemporain.
Dans les deux cas, c’est devenu un objet propre, utile, extrêmement décoratif mais chargé d’histoire de près de 2 siècles)

Lampe à Huile 2Moderateur

Antik-France - © 2019