Filtres

Le panier est vide

Les caves à liqueurs

Cave 1Dès la fin du XVIIIe siècle, la Cave à liqueurs devient partie intégrante de la société française et du voyage, permettant aux notables de passer de longues périodes dans les carrosses. Depuis lors, peut-être aucun autre objet de luxe n'a eu autant de succès dans les cercles aristocratiques de France que ces caves à liqueurs, fabriquées avec art et luxe. Aujourd'hui, aux célèbres ventes aux enchères DROUOT à Paris, ces chefs-d'œuvre d'ingéniosité et de joaillerie des ébénistes sont toujours en tête des ventes aux enchères, attirant les amateurs d'antiquités non seulement pour leur fonction utilitaire, mais aussi pour leur décoration exceptionnelle et le plus haut niveau de conception.
"Enrichissez-vous ! - proclamé en 1840 par François Guizot, Premier ministre de France sous Louis Philippe, et la bourgeoisie naissante répondit avec enthousiasme à cet appel en s'entourant de luxe et de prestige. Tout l'environnement économique et social de l'époque était propice au développement d'intérieurs aussi exquis que les caves à liqueurs. On croit que nul autre que Georges Sand a introduit la mode des caves à liqueurs comme la fierté des maîtres et des nobles.

 

 

 

 

 

 

 

Cave 2Cave 3

Cave 4Cave 5Cave 6

Les caves à liqueurs commencèrent à se répandre activement à l'époque du Premier Empire (1804-1815), et jusqu'à l'époque de la Restauration (1814-1830), les formes des coffres étaient strictes et laconiques, l'aspect sévère était décoré avec seulement de petits inserts selon la technique de la marqueterie. Dans cette période, la préférence était principalement donnée à la qualité de la production, plutôt que la recherche artistique, et ce sont ces caves à liqueurs vendues dans les boutiques du jardin du Palais Royal. Mais plus tard, un certain nombre de fabricants de caves à liqueurs ont décidé de ne pas se reposer sur leurs lauriers. Ils commencèrent à mettre du décor sur les caves à liqueurs à la recherche de la véritable perfection artistique. L'accent a été mis sur le contenu cristallin des coffres : ils étaient équipés de huit, douze, seize et même trente-deux verres de section carrée avec de la dorure et, en général, de deux ou quatre carafes. Les célèbres cristalleries françaises Creusot, Saint-Louis, de Clichy, Sèvres, Pantin, Baccarat, qui fournissaient leurs services pour les caves à liqueurs, se faisaient concurrence dans le raffinement et la variété infinie du cristal. Taillé ou gravé à l'eau-forte, brossé, coupé, torsadé ou doré. Vers en 1835 - 1840 est arrivé la mode du cristal de bohême puis pour le cristal coloré a également apporté de nouvelles couleurs.

 

La monarchie de juillet 1830-1848 et la montée de la grande bourgeoisie ont conduit à mettre l'accent sur les attributs de prestige. Ainsi dans les familles aristocratiques, il est devenu une tradition de présenter des caves à liqueurs comme cadeau de mariage comme pour témoigner du statut élevé de la famille. Il n'est pas surprenant que la demande de produits de luxe, y compris les caves à liqueur, ait fortement augmenté parmi l'élite financière et aristocratique de l'époque. L'augmentation de la demande a entraîné une augmentation de l'offre et l'émergence de nouveaux modèles aux décors encore plus sophistiqué. La période d'épanouissement de cette production de produits de luxe commence : les caves à liqueurs commencent à être produits sous différentes formes - ovales, ronds, polylobées, octogonaux... Parallèlement, l'abolition des règles de boutiques permet aux entrepreneurs, aux ébénistes de créer leurs propres petits ateliers et de produire de véritables chefs-d'œuvre - petits meubles et coffres de caves à liqueurs de très grande prestation. Ainsi, les caves à liqueurs ont progressivement trouvé leurs caractéristiques uniques en tant qu'attributs du style de vie français, qui n'ont pas d'analogues dans d'autres pays.
Existant dans d'autres pays européens, les articles à usage similaire - plateaux, étuis ou coffres pour carafes pour les boissons alcoolisées, même en acajou, qui étaient fournis à bord des navires pour les officiers de marine - ne constituaient pas une forme particulière de petit mobilier, mais autant d’objets d'art exquis. Ce n'est qu'en France que ces objets de la vie aristocratique ont été créés comme de véritables produits d'art et d'artisanat. Ainsi, dans toutes les langues européennes - néerlandais, allemand, espagnol, anglais - ces objets portent un nom français - "caves à liqueurs".

 

A l'apogée de la production des caves à liqueurs, un grand nombre de variantes de caves à liqueurs ont été créées. Parmi les variétés les plus rares, on trouve la musique, la mécanique, la rotation, le papier mâché, le verre opale ou le cristal avec cadre en bronze doré. Les plus belles caves étaient faites de bois rares (Bois de rose ou palissandre, tuya ou érable, bois de séquoia). Les meilleurs maîtres du bois rouge ont utilisé des détails en bronze avec des gravures dorées et riches ou des inserts en porcelaine peinte pour décorer les caves et avec une délicatesse particulière ont révélé l'étonnante valeur décorative des essences de bois précieux. Ils utilisaient un décor très sobre, qui ne faisait que souligner la belle structure et le naturel du bois. A l'époque du Second Empire (1852-1870), les ateliers d'ébénisterie ont subi de profondes transformations techniques qui ont permis d'utiliser activement la technique de la marqueterie, du laiton, de la nacre, de l’écaille de tortue ou de l'ivoire pour la réalisation des caves, ainsi que la classique et très populaire cave à liqueur de l'époque Napoléon III en bois noirci.

En même temps, le processus de mécanisation de la production qui a commencé a permis d'augmenter la production et de rendre plus accessible l'attribut de prestige de la cave à liqueur. Pour répondre à la demande croissante, le produit a dû être développé non pas par un seul maître, mais par une centaine de personnes. Autrefois le maître ébéniste créait seul et à la main une boîte pour une cave à liqueurs. Il est aujourd'hui à la tête de l'entreprise d’une centaine d'ouvriers qui travaillent comme dessinateurs, menuisiers, ébénistes, sculpteurs, laqueurs, fondeurs de bronze, orfèvres, poseurs. Cependant, selon les recherches de la galerie Hélène d'Helmersen, la production de caves à liqueur est en déclin depuis la fin du Second Empire. En effet, malgré la complexité des travaux de production et de décoration, il a fallu des centaines d'heures de travail pour que ces œuvres d'art soient d'une qualité artistique irréprochable. Malgré la mécanisation de certains procédés, leur production est restée extrêmement laborieuse et coûteuse, et les caves à liqueurs ont commencé à disparaître progressivement, devenant une véritable rareté.

Ainsi, en 1900, un peu plus d'un siècle après l'apparition des caves à liqueurs en raison de l'exceptionnelle intensité de la main-d'œuvre, du processus de fabrication, la cave à liqueurs a finalement cessé d'être produite et a disparu de l'utilisation... Et seulement dans les années 1920-1930, la maison de cristal Baccarat a produit une cave à liqueur dans une version simplifiée pour la marine de plaisance, sous la forme d'un coffre portable avec trois carafes et verres. Cependant, l'esthétique et la virtuosité artistique de la performance du siècle précédent étaient déjà inatteignables.

L'article s'inspire de publications de la maison de ventes aux enchères DROUOT à Paris :Dimitri Joannidès - Gazette N°41 du 27 novembre 2009

Antik-France - © 2019